top of page

EDITO - Commission sur les abus sexuels dans l'Église

Cette semaine, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église a remis aux évêques de France le rapport que ces derniers lui avaient commandé il y a trois ans. Ce rapport présente une estimation des cas d’abus sexuels au cours des 70 dernières années, analyse comment l’Église les a traités et propose des recommandations.

Les chiffres du rapport sont impressionnants. La réalité est consternante. Un sentiment de colère, de honte selon les mots du Pape François, de dégoût et d’impuissance peut nous envahir. Une nouvelle vague de suspicion et de défiance risque de se lever à l’encontre des prêtres et de l’Église. Faut-il, pour riposter, entamer un débat malsain sur les nombres de cas supposés ou réels ? Certainement pas. Un cas de pédophilie dans l’Église, c’est déjà un cas de trop.

Pour répondre à sa vocation dans le monde, l’Église a le devoir absolu de faire toute la lumière sur ces délits et ces crimes. Prions pour que cette démarche soit prophétique pour l’Eglise elle-même. En faisant toute la vérité, et sans donner de leçon à quiconque, l’Eglise pourra prendre sa juste part dans l’effort que toutes nos institutions doivent mener face à un phénomène qui, dans un silence assourdissant, gangrène notre société depuis trop longtemps. Sur la période 1950-2020, 5 millions et demi de personnes en France auraient été victimes d'abus sexuels avant leur majorité. Les violences sexuelles commises dans l'Église représenteraient ainsi 4% du total des violences de ce type dans la société française.

Dans une heure si dure, le mystère du mal reste incompréhensible. L’urgence est à la pénitence et à la prière. Nous voudrions le faire d’abord et avant tout pour les personnes qui ont été abusées au sein de l’Église. Nous voudrions le faire simplement, par une fidélité toujours plus grande à l’exigence de notre vocation et à la beauté de notre consécration.

Ne nous laissons pas fasciner par le mal ni emporter par la peur. Regardons Celui qui, par la croix, a donné la seule réponse possible devant le mystère du mal. Gardons confiance en Celui qui est notre Juge, le maître du temps et de l’histoire.

Don Édouard

Don Antoine

Don Charles-Marie

Don François

Comments


bottom of page