top of page

Homélies du mois d'avril

Homélie de don Édouard Le 18 Avril 2022


Chers frères et sœurs, pensons à cette rencontre que nous avons faite, que nos baptisés de la nuit de Pâques ont faite avec le Christ. Faisons mémoire de ces expériences où nous avons été bouleversés, troublés, où notre cœur a été touché par les prémices d’une rencontre avec Notre Seigneur Jésus. Nous ne pouvons alors que constater la présence du Christ dans nos vies. Il est là, Il nous attend, nous sommes aimés et connus de Lui.


Comme les Néophytes, sommes-nous encore curieux de Celui que nous avons rencontré, qui nous a touchés profondément ? Avons-nous envie de découvrir son monde, sa Parole ?

Jésus va changer notre vie, comme des amoureux voient leur vie changer par le mariage, comme des amis fidèles commencent à penser de la même manière, se décentrent d’eux-mêmes et font des choix en fonction de l’autre.


A la mort de Jésus, les disciples se trouvaient perdus mais la rencontre avec le Christ ressuscité leur donne un nouvel élan. Lorsqu’ils recevront l’Esprit saint à la Pentecôte, aucune crainte ne pourra plus les arrêter, ils iront jusqu’au bout du monde pour bâtir l’Eglise.

Chers frères et sœurs, pendant tout le Temps Pascal, alors que nous avons rencontré Jésus, nous sommes invités à nous mettre à son école, à nous laisser conduire hors de nous-mêmes, à voir le monde à travers son regard, avec la Grâce de l’Esprit saint. Faisons du Christ le centre de notre monde, ce monde nouveau de la Résurrection, ce monde né le matin de Pâques.

Dans la vie chrétienne, il n’est pas possible de stagner, les nouveaux baptisés ont reçu une vie nouvelle, nombreux sont ceux qui ont changé pendant le Carême car Jésus nous révèle ce que nous ne soupçonnions pas. Pendant la Semaine sainte, certains ont été touchés par une parole pendant une cérémonie, ce sont les effets de l’amitié, de l’amour lors de la rencontre, alors ne nous arrêtons pas en chemin, ne restons pas seuls avec nous-mêmes.


A présent nous sommes responsables de ce que Dieu a fait en nous, de ce qu’Il nous a fait découvrir, alors ne laissons pas le feu s’éteindre. Jésus a besoin de nous comme témoins, nous qui avons contemplé son visage, nous qui avons touché ses pieds de ressuscité, nous qui avons été sauvés de la mort. Jésus nous aime, Il est notre ami mais aussi notre sauveur.

Chers frères et sœurs, le Temps Pascal débute, c’est le temps de l’amitié et de l’amour, le temps de bénéficier des fruits de la rencontre, de poursuivre cette rencontre avec le Christ ressuscité et d’aller de l’avant avec le feu de l’Esprit saint.

Amen

 

Homélie de don Édouard Le 3 Avril 2022

Evangile de la résurrection de Lazare, signe de la vie

C’est un épisode dramatique que nous vivons dans cet évangile. Menacé de mort avec ses disciples, Jésus s’est éloigné de Jérusalem, Il apprend alors que son ami Lazare est malade. Quand Jésus arrive, voilà quatre jours que Lazare est dans le tombeau et « il sent déjà ».

Lors d’une veillée funèbre, certains parlent au défunt, pour ma part, j’ai pour habitude de faire un signe de croix sur son front refroidi. Je me souviens d’une situation où une personne, fortement perturbée par la mort d’un proche, attendait que le défunt ressuscite, comme Jésus avait ressuscité Lazare. Sa voix résonnait inlassablement dans le silence, son appel restait sans réponse.

Chers frères et sœurs, qui est donc ce Lazare pour bénéficier ainsi d’une résurrection, le miracle le plus spectaculaire accompli par Jésus ? Est-il content d’être ressuscité ? Après avoir connu la maladie, la souffrance et la mort, le voilà à présent ramené à la vie pour souffrir une nouvelle agonie, celle de porter le poids de la responsabilité de la condamnation de Jésus. En effet, la résurrection de Lazare a été un motif suffisant pour le faire arrêter. Quel poids sur la conscience !


Chers catéchumènes, vous êtes ce Lazare, dans le tombeau du Samedi Saint, qui va ressusciter. Votre vie prendra alors un sens nouveau. Et nous qui avons été baptisés, nous sommes attendus au confessionnal pour en ressortir vivifiés car nous sommes tous ce « Lazare qui sent déjà ». Nous sommes nous aussi dans le tombeau, liés par les bandelettes de notre péché, prisonniers de notre tristesse, de notre fatigue quotidienne, de notre maladie, avec une conscience mal lavée, portant le poids de la culpabilité et de nos échecs passés. Une voix s’adresse alors fermement à chacun de nous : SORTEZ DU TOMBEAU !


Cela me fait penser au chant du clairon de La Sonnerie aux morts sur les grandes places d’armes, cet appel qui résonne dans le vide. Cela m’évoque également l’article 7 du code d’honneur du légionnaire « Tu n’abandonneras pas tes morts sur le champ de bataille ».

Le seul appel qui peut relever les morts c’est l’appel du Christ. Celui qui a créé par sa voix, peut recréer par sa voix. Les morts entendent la voix du Fils de l’homme et sortent alors de leur tombeau. Ce jour est déjà venu pour Lazare et il vient pour vous qui allez être baptisés. Cette voix, vous la connaissez, c’est la voix du Bon Pasteur qui appelle ses brebis perdues. Lazare a reconnu la voix de Jésus, cette voix amicale et familière. Même dans la mort, où personne ne peut nous rejoindre, Jésus ne nous abandonne pas car Il nous aime. Chers frères et sœurs, la voix du Fils de l’homme va résonner dans la nuit de Pâques. La Parole de Dieu va être proclamée, nous allons passer des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie. Chacun de nous va entendre la voix du Bon Berger qui parle à son cœur, comme un ami parle à un ami.


Submergé par l’émotion, comme on peut l’être face à la mort d’une personne qu’on aime, Jésus se met à pleurer devant le tombeau de Lazare. Un peu plus tard, lors de son Agonie, envahi par l’angoisse, Jésus se lamente auprès de son Père. Il ira jusqu’à la croix en versant des larmes de sang, parce qu’en Lui, toute sa nature humaine résiste. Elle est réticente à la mort mais la volonté de Dieu s’accomplit par la Grâce de l’Esprit saint. C’est ce souffle de l’Amour qui va entrer en chacun de nos catéchumènes pour les « recréer ».

Chers frères et sœurs, durant ce temps de la Passion, nous aussi le Seigneur veut nous « recréer » par le sacrement de la réconciliation afin de nous permettre de vivre pleinement le mystère de la Résurrection. Ecoutons la voix de celui qui nous appelle à vivre avec Lui et sortons de nos tombeaux. Jésus est allé jusqu’au bout pour que nous puissions nous-mêmes devenir des témoins auprès de ceux qu’Il nous enverra, nous qui portons sa vie de ressuscité. Amen

Comments


bottom of page