top of page

Homélies du mois de mai


Homélie de don Charles-Marie

Le 15 mai 2022

Je vous donne un commandement nouveau :
Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres

Aujourd’hui dans l’évangile, alors que les disciples demandent à Jésus quel commandement est le plus important, Il leur en donne un nouveau, mais la nouveauté avec le Christ n’est pas numérique, il s’agit de transformer de l’intérieur ce que nous avons déjà.


L’Ancien Testament ne contient pas moins de 616 commandements, allant des Tables de la Loi aux plus petits commandements de la vie courante. Une morale sociale est toujours présente mais le Seigneur nous invite à faire l’expérience d’un amour qui circule de cœur à cœur.

Pour adopter ce commandement nouveau, pour qu’aimer devienne naturel, sans effort, il faut être saisi par l’Amour du Christ. Jésus nous dit d’aimer dès maintenant, sans attendre d’être parfaits.


L’expérience de l’Amour de Jésus, qui nous renouvelle, est bien plus importante que n’importe quel commandement de la Loi ancienne car un ensemble de valeurs, de règles ou de connaissances acquises ne transformeront jamais un cœur. Par son cœur transpercé, Jésus vient transpercer notre cœur et y déverse tout son amour.


Il n’y a pas de plus grand amour que de mourir pour ceux qu’on aime


Toutes ces croix installées dans nos églises nous invitent à réaliser combien le Christ nous a aimés en donnant sa vie. Durant la temps de la Passion, les croix sont voilées afin que nos yeux et notre âme aient le désir de voir ce signe d’un amour infini pour nous. Jésus s’est fait obéissant à la volonté du Père, jusqu’à être condamné et mis à mort de la façon la plus ignoble, afin de nous racheter du péché.


Après la mort de Jésus, les disciples réalisent l’immensité de son amour et se laissent transpercer le cœur, ils auront alors la force du Martyre afin de témoigner que, en croyant à Jésus-Christ mort et ressuscité pour nous sauver, nous sommes amenés, nous-aussi, à verser notre sang, ou au moins à verser notre sueur pour accomplir nos charges quotidiennes.


Chers frères et sœurs, faisons nôtre ce commandement nouveau et ouvrons grand notre cœur pour recevoir l’Amour de Jésus. Le Seigneur n’est pas venu nous rendre parfaits mais nous guérir, en transformant notre cœur de pierre en cœur de chair.


Jésus va nous donner la force de puiser dans son Amour

pour que nous puissions aimer les autres.

Il nous aime de façon personnelle,

Il est allé jusqu’à mourir pour nous et pour chacun de nos péchés.

Laissons-nous transpercer le cœur par l’Amour de Dieu

afin d’annoncer au monde

que le péché et la mort n’ont pas le dernier mot.

Amen

 

Homélie de don Edouard,

Le 1er mai 2022

Chers frères et sœurs, que dire à la famille d’Amélia, Jennifer et Eliam, à qui un meurtrier a brutalement ôté la vie ?

Que dire à Adrian, dont la fille Sixtine a été plongée dans le coma suite à un accident de la route ? Que lui dire alors qu’il se prépare à lui annoncer à son réveil que son amie est morte et qu’elle-même a perdu une jambe ?

Pierre et les autres disciples, Jacques et Jean, Nathanaël, Thomas, ceux-là mêmes qui ont connu Jésus, se sont retrouvés seuls et démunis après sa mort. Qu’ont-ils trouvé comme espérance ? Ils ont trouvé Jésus ressuscité qui était là sur le rivage de leur vie.

Alors, à vous qui êtes dans la peine aujourd’hui, je vous l’affirme : Jésus est là, Il est présent, vous ne le reconnaissez pas encore mais Il veille sur vous et sur chacun de nous. Vous êtes dans cette cathédrale car le Seigneur veut vous parler ! Allez à Lui, écoutez sa Parole. Il nous a préparé un repas, Il prend soin de nous et pose cette question à tous, même à ceux qui ne sont pas baptisés :

M’aimes-tu ?

Je vais prendre soin des tiens,

moi qui ai vaincu l’ennemi, satan, qui est l’auteur de la mort,

moi qui ai vaincu celui qui vient te tenter par le désespoir, la vengeance et la haine.

Je suis là, je te regarde, je t’aime, je connais ta souffrance,

je connais l’arrachement de tes entrailles,

je connais ton inquiétude, ta peur de l’avenir.

Viens à moi !

Après la mort de Jésus, Pierre et les autres disciples ne savaient pas trop quoi faire, ils se sentaient seuls, ils sont alors retournés à leur métier de pêcheurs et c’est là qu’ils ont vu Jésus. Tellement ému de le voir et de le reconnaître, Pierre s’est jeté à l’eau pour aller vers le Vainqueur de la mort.

Adèle et Pia vous allez faire votre Première Communion aujourd’hui. Vous avez franchi vous-aussi ce bras de mer qui conduit jusqu’au rivage où Jésus se tient pour vous nourrir.

Chers frères et sœurs, nous aussi nous avons eu nos reniements, nous avons eu nos failles, nos limites, nous avons pu douter de nous-mêmes ou même de la miséricorde de Dieu, de son pardon, de son amour fidèle. Jésus se tient là et nous demande :

M’aimes-tu ?

Si tu m’aimes, il faut que tu vives,

si tu m’aimes, ne baisse pas les bras,

je serai avec toi tous les jours jusqu’à la fin des temps.


Jésus passe du temps avec ses disciples et les prépare à son départ vers le Ciel. Pierre, qui aime tant Jésus, ira jusqu’au martyre, il trouvera le courage d’aimerjusqu’au bout grâce à l’Esprit saint que Dieu lui donnera, alors même qu’il avait renié le Christ par trois fois devant une jeune servante.

Chers frères et sœurs, dans cette cathédrale, dans l’Eucharistie, dans la nourriture donnée aux disciples, un esprit de famille et une intimité se créent, un corps se forme dans lequel nous trouvons la force de l’Esprit saint afin de témoigner au monde que l’Amour et la vie sont victorieux, que la haine, le désir de vengeance et le désespoir n’auront pas le dernier mot. L’Eglise que nous sommes est née ce matin-là sur les bords du lac de Tibériade, avec cette mission confiée à Pierre d’assembler, de conduire et de guider le troupeau. Aujourd’hui Jésus regarde chacun d’entre nous dans les yeux et lui dit :

M’aimes-tu ?

Veux-tu rejoindre mon troupeau ?

Pour cela, demande l’Esprit saint,

laisse-toi aimer et aime tes frères jusqu’au bout !


Amen

Comments


bottom of page